Bilan de mission – Service civique de Robin

Six mois en Colombie avec la coopération Crolles-Zapatoca

et le programme des Alpes aux Andes
Zapatoca - Crédit : Luz Andina Films

Cela fait maintenant plus de quatre ans que Tetraktys s’est rendu pour la première fois à Zapatoca en Colombie pour l’aider à développer son potentiel touristique. Je suis le troisième jeune français ayant eu la chance d’effectuer cette mission de service civique et grâce à elle, j’ai travaillé et vécu six mois dans cette région magnifique du Santander. J’ai été le témoin et l’appui de ce qu’effectue là-bas la structure et tant de choses ont été réalisées ! J’ai visité en arrivant une grotte splendide à deux pas du village, une des rares aménagées qui puissent être visitées par des touristes dans le pays. Si le village est en passe de faire de ce site sa première attraction touristique, c’est bien grâce à Tetraktys. L’ONG a accompagné tous les aménagements, quatre ans plus tôt il était à peine possible d’y accéder.

La grotte « del Nitro » - Crédit : Luz Andina Films
Les chemins de Lengerke - Crédit : Léa Woock

J’ai aussi pu randonner sur les chemins de Lengerke, des chemins pavés au XIXème siècle afin de se déplacer à dos de mule dans tout le département. Ces chemins traversent de nombreux villages, les canyons arides et les forêts luxuriantes du Santander. Les institutions départementales ont décidé de les réhabiliter pour que viennent les randonneurs amateurs de paysages vertigineux. Forte de son expérience dans ce domaine, Tetraktys accompagne ce processus et a aidé à produire un système de signalisation international.

En six mois, j’ai assuré pour Tetraktys un suivi auprès de différents acteurs qu’elle appuie. Le village s’enorgueillit d’avoir aujourd’hui à sa mairie un secrétariat dédié à la culture et au tourisme pour accompagner le développement de son économie touristique croissante. C’est la structure française qui l’a aidé à le construire et je travaillais ces six mois avec son personnel. J’ai apporté mon soutien à l’organisation d’une foire de l’artisanat, Tetraktys a choisi de s’allier à différents acteurs colombiens pour aider les artisanes de Zapatoca à valoriser leur travail et à mieux vivre de leur production. La coopération anime aussi des modules de formation pour toute la communauté et soutient des projets qui puissent développer l’attrait touristique du village. Elle a notamment choisi de financer le projet d’un jeune géologue, il souhaitait faire connaître aux habitants et aux personnes de passage les trésors géologiques dont regorge la région.

L’artisanat, une grande richesse du patrimoine de Zapatoca
L’artisanat, une grande richesse du patrimoine de Zapatoca
Crédit : Luz Andina Films
Crédit : Luz Andina Films
Le Canyon du Chicamocha - Crédit : Luz Andina Films

Enfin, Tetraktys effectue un grand travail de sensibilisation sur le patrimoine. Afin que les colombiens améliorent sa préservation et qu’ils le transforment en outil de leur développement économique, l’ONG anime différents ateliers dont ceux ambassadeur de mon patrimoine auprès de la jeunesse. En lien avec l’enseignement du français et des ateliers d’Education à la citoyenneté et la solidarité internationale que j’effectuais avec l’Ecole de la Paix – l’autre ONG partenaire de la coopération entre les villes de Crolles et de Zapatoca – j’ai animé des modules auprès des jeunes pour que ces derniers prennent conscience de la richesse de leur patrimoine matériel et immatériel et qu’ils deviennent acteurs de sa préservation et de sa valorisation.

La coopération décentralisée entre les villes de Crolles et de Zapatoca est née grâce aux deux ONG grenobloises Tetraktys et l’Ecole de la Paix et cette collaboration s’est fondée sur les valeurs que ces deux structures portent. Ce fut un vrai plaisir et un honneur de travailler avec elles, je me félicite d’avoir accompli mon Service Civique à leurs côtés. Plus que de participer à une aventure riche de sens et de réalisations concrètes, j’ai vécu cette expérience sur le plan personnel comme une réalisation des valeurs qui m’animent, comme une continuité de ma formation universitaire et enfin une belle entrée dans le monde professionnel.

Arrivé tout juste à la fin d’un master de Relations Internationales, je désirais continuer d’agir, d’expérimenter et de me former à des métiers de la coopération et la solidarité internationale. Au cours de ces huit mois, je me suis familiarisé avec différentes institutions du service public et je me suis formé à la gestion de projet en appuyant les différent.e.s chargé.e.s de mission de la coopération. Mon travail a été d’écouter, de comprendre, de répéter, de traduire, de proposer, d’écrire, de trouver des solutions et d’aider des personnes qui ne parlaient pas la même langue à réaliser leurs idées communes. J’ai travaillé dans l’équipe de la mairie et avec celle du collège, je suis devenu le professeur d’une classe d’adolescents. Mon rôle principal était d’être l’agent de liaison entre deux pays qu’un océan sépare, j’ai aidé à tisser des liens entre des organismes très différents les uns des autres et pourtant tous acteurs d’un même projet.

 

Crédit : Léa Woock

C’est ce genre de projets qui ont motivés mon parcours. J’ai vu dans la coopération internationale des métiers qui permettent d’unir des personnes ou des entités qui à première vue n’avait aucune chance de collaborer afin que des idées – même les plus folles – naissent, connaissent quelques réalisations, se développent et grandissent au-delà de ce qu’on aurait pu imaginer. C’est dans cette philosophie que travaille Tetraktys et elle m’a beaucoup enseigné. L’ONG œuvre pour révéler le potentiel de régions isolées et aide ses habitants à faire de l’écotourisme un levier de leur développement économique. L’ONG accompagne les changements en profondeur que souhaite connaître la Colombie. Tetraktys est devenue une institution reconnue et plus que bienvenue dans ce pays où elle cumule déjà de nombreuses réalisations.

Pour une toute petite chose venue compliquer la vie de tous les humains de la planète, j’ai dû rentrer en France dans la précipitation. Ma mission en Colombie arrivait à son terme mais il a tout de même été troublant de disparaitre d’une communauté qui m’a accueilli durant six mois sans pouvoir dire correctement au-revoir. Plus que parti en mission, ce bout de vie passé à Zapatoca aura été un temps de joies, de découvertes humaines, culturelles et de nature. Mon volontariat se retrouve tronqué, les réalisations de fin de mission que je devais effectuer à Crolles ont été annulées ou je les termine comme je peux depuis chez moi. Dans ce contexte d’incertitudes il m’est difficile de me projeter pour la suite mais si je suis sûr d’une chose, c’est bien que je continuerai sur la voie de mon expérience colombienne. La nature nous interroge aujourd’hui sur notre manière de vivre à la fois ensemble et séparés, sur notre manière de faire société et de nous entraider. Nous n’avons plus qu’à lui offrir les plus belles réponses qui soient.

Hasta luego !

Robin